Expositions universelles

Depuis plus de 160 ans, les Expositions Universelles ont aidé l’humanité à mieux comprendre le changement et à naviguer à travers les moments difficiles de l’histoire en stimulant l’éducation, l’innovation et la coopération. Témoins de leur temps et miroirs des nations, elles tendent à l’universalité. Elles ont su évoluer en prenant en compte les différents […]

Depuis plus de 160 ans, les Expositions Universelles ont aidé l’humanité à mieux comprendre le changement et à naviguer à travers les moments difficiles de l’histoire en stimulant l’éducation, l’innovation et la coopération. Témoins de leur temps et miroirs des nations, elles tendent à l’universalité. Elles ont su évoluer en prenant en compte les différents enjeux et besoins des époques. Les Expositions Universelles ont marqué l’histoire et laissé de nombreuses traces sur les territoires qu’elles ont occupées.

Qu’est-ce qu’une Exposition Universelle ?

Une Exposition Universelle est un événement national, à dimension internationale, qui a pour but d’éduquer le public, de partager l’innovation, de promouvoir le progrès et d’encourager la coopération. [i]Chaque exposition est organisée dans une ville d’un pays hôte qui invite d’autres pays mais aussi des organisations internationales, la Société civile et le grand public. Les Expositions Universelles ont lieu tous les 5 ans et durent jusqu’à 6 mois.

Depuis 1931, elles sont supervisées et réglementées par le Bureau Internationale des Expositions, organisation intergouvernementale chargée de superviser et règlementer toutes les expos non commerciales qui durent plus de 3 semaines. Son siège est à Paris, en France. Créée en 1928 par 31 pays, elle compte aujourd’hui 170 États membres. Ces derniers prennent part à toutes les décisions concernant l’organisation et contribuent à l’amélioration continue de ces événements.

Le but d’une Expo Universelle est de sensibiliser et trouver des solutions aux plus grands défis de notre époque tels que l’urbanisme (Expo Shanghai, 2010), la nutrition à (Expo Milan, 2015), le développement durable…. Ces défis sont le « thème » de l’Expo. Afin de répondre à ces défis, les participants peuvent construire un pavillon dans lequel ils exposent leurs idées, expériences et leurs meilleures pratiques sur le thème de l’Expo. De l’extérieur ces pavillons sont des structures architecturales innovantes inspirées par l’identité du participant et par le thème de l’Expo. À l’intérieur, ces derniers offrent un voyage à travers le thème et exposent innovations et découvertes des pays auxquels ils appartiennent.

Pavillon d’Espagne, Exposition Universelles de 1937.

Les Expositions Universelles sont des événements important en termes d’échanges culturels et des plateformes de discussions pacifiques. Lors de l’exposition de 1937 à Paris, on a pu voir le pavillon de l’Allemagne nazie face au pavillon de la République Espagnole qui présentait Guernica, œuvre de Pablo Picasso. Durant la période des Expos, de nombreuses animations sont proposées (expositions conférences, spectacles, rencontres diplomatiques et réunions d’affaires), afin de créer une expérience unique à chaque participant. Les Expositions Universelles sont un événement unique à la fois pour les communautés internationales, pour le grand public mais aussi pour le pays hôte et les participants. Pour les Communautés Internationales, ce sont des plateformes de dialogue pour le progrès et la coopération. En effet, c’est l’un des rares événements qui accueillent à la fois des chefs d’États ou de gouvernement et de millions de visiteurs en même temps. Pour le pays hôte, c’est un outil de développement, l’occasion pour lui de renforcer son image internationale et se positionner comme acteur clé sur la scène mondiale et pour les participants c’est également un outil de rayonnement et de coopération internationale ; chaque participant ayant leur propre  pavillon et espace leur permettant de présenter leurs réalisations, leur culture et leurs produits. Pour Walter Benjamin, philosophe et critique allemand, les Expositions Universelles sont des « sites de pèlerinage qui érigent les marchandises en fétiche ». Cela impact sur leur image internationale et le développement de leurs activités. Pour le grand public c’est une expérience éducative et divertissante grâce à une diversité d’expositions, d’activités, de spectacles et d’architectures innovantes.

Les Expos Universelles peuvent avoir lieu partout dans le monde, mais les pays membres du BIE sont prioritaires. Il doit s’écouler 15 ans entre deux Expositions Internationales tenues dans le même pays. La taille des Expositions Universelles n’est pas limitée. La plus grande superficie atteinte dans le passé est de 523 ha. Étant donnée leur superficie, les Expos Universelles font partie intégrante des stratégies de développement urbain des villes d’accueil. Elles sont un outil très efficace pour moderniser les infrastructures de transport, introduire des services urbains innovants et développer de nouvelles activités économiques et culturelles.

Aux origines des Expositions Universelles

Vue d’ensemble de la Galerie des machines, Exposition Universelle de 1889.

La toute première exposition universelle a eu lieu entre le 1er mai et le 15 octobre 1951 à Londres en Grande-Bretagne grâce à l’intervention du Prince Albert, époux de la Reine Victoria,  à la demande de Henry Cole, après une visite à l’Exposition nationale des produits de l’industrie agricole et manufacturière de Paris de 1849.[ii] Cette exposition s’est faite dans un objectif de regrouper en un lieu unique les productions artisanales et industrielles du monde entier et faire d’en faire une vitrine des potentiels de chaque pays mais aussi favoriser la diffusion de la  connaissance. Afin de persuader les businessmen de l’ère victorienne de fournir les fonds pour l’Exposition Universelle de 1851, le Prince Albert, aussi président de la Société des Arts du Royaume-Uni avait utilisé comme principal argument,  que rien ne servirait mieux la cause de la paix qu’un tel concours amical entre les industriels de tous les pays.

Face au succès de l’événement, ce modèle fut repris par la France et les autres États Européens mais puis dans le monde entier. Le nombre de participant à beaucoup évolué, de 25 participants en 1851, il est passé à 193 participants en 2010 avec l’exposition de Shanghai.

Les Expositions Universelles, reflets des sociétés

Les Expositions Universelles représentent et reflètent l’ère moderne de la civilisation. Elles rassemblent et présentent les plus grandes réalisations technologiques, culturelles et artistiques mondiales, révélant ainsi les réalisations de la civilisation humaine tout en étant vecteurs et promoteurs de progrès. Elles sont le témoin de leur temps et les miroirs des nations. Elles ont pour prétention à l’universalité et participent à la prise de consciences collective et nationales.

Les Expos réalisées entre 1851 et la moitié du XXe étaient fortement influencées par la Révolution industrielle et les ambitions coloniales. La place est faite aux progrès matériel et aux innovations technologiques. Pour cela, le savoir-faire, l’ingéniosité et les prouesses techniques étaient mis en avant. On peut citer la tour de 300 mètres, dite tour Eiffel, construite pour l’exposition universelle de 1889, ou le pont Alexandre III dont l’arche métallique unique, de 108 mètres de portée, constituait, en 1900, une véritable prouesse technique et symbole de l’amitié Franco-Russe. Par ailleurs, les grandes puissances européennes mettaient en avant leurs pavillons coloniaux pour montrer l’exotisme de leurs colonies et les caractéristiques ethnographiques des « peuples primitifs » avec le Palais du Bey de Tunis, le temple d’Athor et le caravanse´rail égyptien, les Catacombes romaines, des bains turcs…

Pavillon du Cambodge de 1931.

Après la Première Guerre Mondiale, un changement. Le regard sur la technologie a évoluée : elle n’est plus sources de progrès mais destructrice ; son utilisation doit être contrôlée. Depuis la création du Bureau International des Expositions, les Expos Universelles ont évolué dans la raison d’être. Vitrines des innovations industrielles, elles sont devenues une plateforme de discussion mondiale pour trouver des solutions aux grands défis de l’humanité.

Après la Seconde Guerre Mondiale, les Expositions Universelles font place au progrès humains et au dialogue international. Si la technologie est présente, il est utilisé comme un outil pour le développement humain. Par exemple, en 1958, à Bruxelles, le thème de l’exposition était « Progrès de l’humanité ».

Depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, les expositions font place au développement durable, à l’environnement, à l’énergie, à la santé mais aussi à l’éducation qui sont les grands défis de notre temps.

Dès les premières expositions, l’ouverture se fait sur le monde. Lors de la première exposition universelle de Paris, Napoléon III invite les pays développés ainsi que l’Indochine, la Tunisie, le Maroc et des pays d’Amérique Latine comme le Brésil, le Costa Rica.

Ces expositions sont des plateformes de discussion pacifique et de dialogue mondial et de coopération. Ce sont aussi une vitrine de la diversité culturelle fondée sur le respect et l’égalité de toutes les cultures.

Les expositions universelles répondent à des enjeux politiques en plus d’avoir des enjeux économiques et culturels. Par exemple, lors de l’exposition universelle de 1889 à Paris, célébrant le centenaire de la Révolution Française, toutes les Monarchies de l’époque étaient absentes, toutefois elles étaient représentées par leurs industries mais de manière non officielle.

Palais du Japon à l’exposition de 1867.

Les expositions se sont forgé une image de prestige, image emblématique aussi alimentée par les traces du passé. Elles ont marqué l’histoire politique, diplomatique, économique et sociale, de que l’histoire de l’art.[iii] En effet, ce dernier domaine c’est beaucoup intéressé à leurs architectures (pavillons et autres constructions), aux œuvres présentées et aux cultures extra-européennes. En effet, les Expos ont permis au grand public occidental l’art islamique et le japonisme. Par ailleurs, elles ont permis la diffusion de nombreuses innovations comme les machines agricoles américaines méconnus en Europe, les machines ferroviaires, les équipements à vapeur….

Les Expositions Universelles, un héritage mis en valeur

Vue panoramique de l’exposition universelle de 1900.

L’organisation d’Exposition Universelle a eu des impacts sur l’aménagement et le développement des villes. En effet, elle s’est parfois accompagnée de travaux et de projets d’urbanismes et de création d’œuvres architecturales qui certaines laissent encore des traces sur leur territoire d’accueil. L’aménagement d’une ligne de métro pour l’exposition universelle de Paris en 1900, le métro de Lisbonne, en 1998, les bateaux mouches à Paris…

Les Expositions Universelles ont permis au pays hôte la fondation de plusieurs institutions culturelles et éducatives. Par exemple, suite à l’exposition de 1851, l’Angleterre a pu construire le Musée de Géologie, le Musée des Sciences et d’Histoire naturelle, le Musée des Manufactures et l’Impérial Collège of Science.

Atomium de Bruxelles

De plus dans plusieurs grandes villes, des « restes » d’expositions, des constructions restées sur place ou déplacées sont devenus des symboles : le Crystal Palace (Londres, 1851) aujourd’hui disparu mais toujours présent dans l’imaginaire collectif, la Tour Eiffel (Paris, 1889), l’Atomium (Bruxelles, 1958), le Space Needle (Seattle, 1962), la Biosphère (Montréal, 1967).

En mai 2017, a été inaugurée le World Expo Museum, à Shanghai. Construit, sur le site originel de l’Expo 2010 de Shanghai, sur la rive nord du fleuve Huangpu, il a une superficie de 46 000 m². Ce musée présente l’histoire, la création et les thèmes des Expositions Internationales (les Expositions Universelles, Spécialisées et Horticoles et la Triennale di Milano). Il retranscrit leurs portées et leurs valeurs historiques, leur importance architecturale mais aussi leurs ambitions pour le futur, en « en conservant leurs legs et en pérennisant leur essence et leurs fruits ».[iv] Il fait le lien entre le passé et le futur, unissant l’histoire des Expositions de 1851 à nos jours, au présent et à l’avenir. Partie intégrante de la vie urbaine, le World Expo Museum a été conçu pour encourager la participation et les échanges vers le monde.

Alicia Gouélo

[i] Définition de l’Exposition Universelle par le Bureau International des Expositions, « Qu’est-ce qu’une Expo ? », http://www.bie-paris.org/site/fr/les-expos/a-propos-des-expos/qu-est-ce-qu-une-expo

[ii] « Brève histoire des Expos », http://www.bie-paris.org/site/fr/les-expos/expos-passees/expos-passe-breve-histoire-des-expos

[iii] Demeulenaere-Douyère, Christiane, « Expositions internationales et universelles. Les

fonds des Archives nationales », Histoire urbaine 2011/2 (n° 31), p. 171-180.

[iv] « World Expo Museum”, http://www.bie-paris.org/site/fr/expo-museum-fr

Bibliographie

Cabanès, Jean-Louis, Laisney Vincent, L’exposition 1855 : la littérature à l’âge de l’exposition universelle, Paris, Classiques Garnier, 2015, 615 p.

Demeulenaere-Douyère, Christiane, « Expositions internationales et universelles. Les fonds des Archives nationales », Histoire urbaine 2011/2 (n° 31), p. 171-180.

Lorrain, Jean, Martin-Lou Philippe, Mes expositions universelles (1889 – 1900), Paris, Editions Honoré Champion, 2002, 435 p.

Pinot de Villechenon, Florence, Les Expositions Universelles, Paris, Presse Universitaire de France, 1992, 124 p.

« Bureau international des Expositions », Bureau international des Expositions, site consulté le 31/01/2018 [En ligne], site consulté le 02/02/2018 [En ligne], http://www.bie-paris.org/site/fr

Creative Commons BY 4.0

Photos